V.2.2

Dernière mise à jour 03/03/03

mis en ligne le 7/10/2002

conception: janvier 2001

copyleft Artsens.org

     
 

 Un lieu de ressources dédié aux technologies d'interaction à distance
 
     

 

Préambule: Les nouvelles technologies d'interaction en art.

 

     
 

 

 

Nouvelle forme d'interactivité

Depuis le début des années 1990, de nombreux créateurs d'art contemporain, de musique, de théatre, de danse, d'architecture, et des arts environnementaux découvrent les technologies d'interaction à distance entre spectateur, acteurs, environnements et oeuvres. Ces technologies de temps réel, issues de recherches en informatique, robotique et vision par ordinateur, permettent toutes sortes d'interactions sans contact, en utilisant aussi bien les médias innovants que les supports traditionnels. (1)

 

 

Interaction libre et transversalité entre les arts:

La particularité de ce mode d'interaction est de libérer le spectateur ou l'acteur de toute manipulation d'interface, par l'utilisation d'un dispositif sensible, réactif à un mouvement réel ou virtuel. Un tel dispositif peut se synthétiser en trois parties:

 

 

-acquisition de données

-analyse et/ou traitement de (ou des) données captées ou pré-stockeées

-diffusion de données, action.

le tout, en temps réel.
 

 exemples ( fictifs, mais actuellement réalisables):

-un danseur génère ou modifie des images d'un décor vidéo en fonction de ses mouvements de bras et de cotations de la bourse à l'autre bout du monde.

-un plasticien fait interagir mouvement et forme de nuages avec une installation cinétique en plusieurs lieux.

- un jongleur modifie une partition musicale et des éclairages par ses mouvements.

-un architecte conçoit une maison sensitive pour des enfants handicapés.

-un acteur génère un décor virtuel par l'intensité de sa voix, ses mots pilotent automatiquement une régie vidéo.

-un paysagiste relie le mouvement de jets d'eau d'une fontaine à la densité d'un flux urbain.

-..............

(relier les mouvements d'une oreille d'éléphant avec le changement de couleur d'un abribus est possible, encore faut-il que cela aie un sens)

 

 

L'utilisation d'interfaces et de médias numériques permet la transmission instantanée de ces données par réseau (internet, intranet ou hertzien), ainsi que toutes sortes de pratiques transversales reliant différents champs et différents lieux de la création contemporaine. (2)

 

 

Evolutions, apprentissage, politique culturelle

Dans le domaine de l'interaction, l'évolution des technologies est directement liée aux évolutions de l'industrie électronique et informatique: capteurs et caméras pour l'acquisition, ordinateurs, logiciels et interfaces pour le traitement, médias électroniques et réseaux pour la diffusion.

Rien n'y est statique: les pratiques expérimentales suivent la technologie et le nombre de possibilités d'interaction s'accroit. Chaque jour voit l'arrivée d'une technologie et l'obsolescence d'une autre: impossible de concevoir une structure d'apprentissage avec une vision traditionnelle de la pédagogie, dans le domaine technologique comme dans le domaine artistique.

 

 

Veille culturelle et apprentissage.

Quel créateur a le temps d'éffectuer cette veille technologique et culturelle aussi pesante ? Ou trouver les ressources pour un apprentissage permanent, un défrichage des pratiques et des modes de diffusion qu'aucune structure classique (écoles d'art, centre d'art, université, lieu de spectacle) n'est en mesure d'apporter ?

Ou trouver un lieu pré-équipé pouvant accueillir aussi bien des spectacles que des expositions utilisant ces technologies ?

 

 
     

     
 

 (1) Ces technologies ne doivent pas être confondues avec les technologies classiques d'interaction par interface que l'on maitrise parfaitement : boutons, souris, manettes, claviers, capteurs à fils ou embarqués etc. L'interaction à distance , ou interaction sensitive,, utilise des technologies à base de capteurs (distance, présence, déplacement, son, couleur, température etc...), de système de reconnaissance par caméra et ordinateur, liés à des systèmes d'analyse temps réel. Les technologies les plus prometteuses à terme d'une dizaine d'années, sont les technologies d'analyse d'image et son par ordinateur, actuellement utilisées sur quelques spectacles et installations expérimentales. On a pu en voir récemment à Interférences 2000, Villette Emergences 2002, Art Outsiders 2002, ou 1er Contact 2002 .

(2) Ce secteur de la recherche artistique contemporaine est très actif outre-atlantique et en Europe du Nord, où l'on trouve la grande majorité des diffuseurs, développeurs et artistes. Il y a aussi des lieux plus spécialisés dans la recherche, l'apprentissage ou la production, comme Steim (Hollande), le CNMAT (Berkeley , USA), le MIT (USA), le ZKM ( Allemagne), CCCB (Barcelone) etc...En France, qui est le berceau de ces technologies appliquées à l'art, l'interaction sensitive est utilisée de façon expérimentale, notamment sur des recherches musicales à l'IRCAM, ou plastiques au CICV et dans quelques encore rares écoles des Beaux Arts.

 
     

 

 

     
 

 

Il apparait donc nécessaire de concevoir une structure de ressources d'un type nouveau...

 

 

...spécialisée, non plus sur un médium ou une activité artistique particulière, mais sur cette évolution des technologies qui concerne désormais l'ensemble des acteurs culturels autour de mêmes besoins.

 

Une deuxième caractéristique de cette nouvelle structure est l'évolutivité, liée à la souplesse de gestion: impossible de suivre ces technologies conçues pour être modulaires, en progrès, sans une rotation de matériels et personnels de formation, sans adaptation permanente de la structure financière à des ressources matérielles et humaines fluctuantes.

 
     

 

     
 

 

 

Cette approche nous mène à concevoir un lieu où tous les créateurs et partenaires, pourront :

 

 

-Découvrir des ressources documentaires techniques et artistiques sur ces technologies en évolution permanente, adaptées à leur médium de référence (arts plastiques, danse, théatre, scène, architecture, design etc...)

-Tester ces nouveaux matériels et logiciels

-Se former à ces nouveaux matériels et logiciels

-Trouver des partenaires pour monter leurs projets

-Trouver un espace critique et un espace de conseil

-Utiliser une salle de diffusion spécialement conçue pour recevoir spectacles et expositions utilisant ces technologies.

 
     

 

 

 

 


 

 

 

Le projet comporte:

 

La mise en oeuvre d'un lieu national, comprenant à la fois:

 

-Des ressources

-Des productions de ressources

-Une structure itinérante

 

 

 

     
 

 

Des ressources:

 

 

 

 

- des ressources pédagogiques : lieu d'apprentissage de ces technologies, à vocation des créateurs, des ingénieurs, des formateurs. Création d'un espace d'archivage et de documentation. Site internet francophone.

 

 

 
 

 

 

-des ressources techniques : lieu d'essai de matériels par les créateurs et techniciens. Aide à la conception de maquettes virtuelles animées. Laboratoire d'expérimentation de logiciels et matériels, pour artistes, ingénieurs et techniciens développeurs.

 

 

 
 

 

 

-des ressources humaines: Bourse locale et nationale d'ingénieurs, développeurs, scénographes et techniciens spécialisés. Base de données internationnale en ligne RAZZIA.

 

 

 
 

 

 

-Une salle spécialisée d'exposition et spectacles, modulaire, comprenant une infrastructure technique idéale pour l'utilisation de ces technologies. Cette salle spécialement équipée peut servir de laboratoire sur l'adaptation architecturale des lieux de diffusion de demain.

 

 

 

 
     

 

 

     
 

-Des productions de ressources: 

 

En dehors de la gestion de la salle de diffusion présentée ci-dessus, ce lieu n'est pas dédié à la production d'oeuvres, mais à la production de ressources, au conseil et à la recherche.

 

 

 

 

- Production pédagogique: Ouvrages spécialisés sur les technologies et les pratiques, mise en oeuvre de conférences-ateliers et apprentissages spécialisés, ateliers itinérants. Site web. 

 

 
 

 

 

- Production médiatique : Ouvrages et périodiques sur l'interaction à distance, lettre d'information en ligne, site web. Espace critique.

 

 
 

 

 

- Production technologique: Recherche et développement de systèmes et logiciels, en partenariat avec universités, écoles d'ingénieurs et d'architecture. Bureau de valorisation des recherches.

 

 
 

 

 

-Cabinet de conseil . Evaluation de dispositifs et projets artistiques. Aide à l'élaboration de maquettes de projets, réelles et virtuelles . Bourse d'ingénieurs, développeurs et techniciens spécialisés. Base de données en ligne RAZZIA.

 

 
   
 
     

 

     
 

-Une structure itinérante: 

 

 

 

 

Ce lieu d'importance nationale doit être accompagné d'une structure itinérante permettant de présenter en région toutes les ressources produites. Elle assure ensuite un suivi pédagogique sur l'évolution des ressources intellectuelles, matérielles et logicielles.

Cette structure nécessite une mobilité de personnels et de matériels spécialisés. Elle s'adresse aussi bien aux professionnels des arts de la scène, qu'aux artistes, écoles d'arts et universités en région et territoires d'outre-mer. Cette structure peut se concrétiser sous la forme d'un ou plusieurs bus pédagogiques itinérants, équipés en matériels et logiciels, pouvant déployer des ateliers et séminaires de formation temporaires, en école d'art, théatre, ECM, universités et centres culturels.

 

 

 

.

 

 
     

______________

Premiers soutiens à ce projet :

 

 

Institutions ou associations:

 
 

CICV Pierre Schaeffer (Hérimoncourt)

Betaville (Paris)

Diables Bleus (Nice)

Anomos (Paris)

Gratin (Paris)

Imal (Bruxelles )

Hypna (Rennes)

La Maison sculptée (Amanlis)

Atelier de la Lanterne (Nice)

Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer (Paris)

Fabrik'Images/ Espace Mendès France (Poitiers)

La Kitchen, (Paris)

Contredanse, (Bruxelles)

...............

 

 

 

 
   

 

Au plaisir d'ajouter à cette liste le soutien moral de votre institution ou association, en écrivant à :

 

lieu@artsens.org

 

 

 

 

V.2.2

Dernière mise à jour 03/03/03

mis en ligne le 7/10/2002

conception: janvier 2001

copyleft Artsens.org